Les plantes carnivores, bien débuter leur culture !

De toutes les plantes étranges du monde, qui aurait pensé que même les plantes pourraient manger de la viande ? En fait elles ne mangent pas vraiment de la viande mais plutôt des insectes, mais cela en fait des espèces carnivores. Toutes les plantes carnivores sont présentes dans des régions où le sol contient très peu de nutriments. Ces plantes fascinantes sont classées comme carnivores parce qu’elles attrapent des insectes et des arthropodes, produisent des sucs digestifs, dissolvent les proies et extraient une partie ou la plupart de leurs nutriments pour se nourrir. Le premier livre sur ces plantes a été écrit en 1875 par Charles Darwin, »Plantes Insectivores ». D’autres découvertes et recherches suggèrent que les propriétés carnivores ont évolué six fois, basées sur cinq ordres différents de plantes à fleurs. Aujourd’hui, ceux-ci sont présentés dans plus de 630 types différents de plantes à fleurs.

Il existe six mécanismes de base de capture:

  • pièges à mucilage (gouttelettes collantes,la feuille et les poils s’enroulent autour des proies pour l’immobiliser),
  • pièges à glu (comme les Droseras par exemple)
  • pièges à mâchoires.
  • pièges à aspiration
  • pièges à urnes
  • pièges à nasses.

Qu’est ce qu’une plante carnivore ?

Une plante carnivore c’est avant tout…une plante ! sa particularité ? Ces plantes ont développées tout un éventail de pièges et d’astuces pour attirercapturer et digérer leurs proies ! En effet c’est seulement lorsque ces trois conditions sont réunies que l’on peut parler d’une plante carnivore. Pour attirer, elles jouent surtout sur les formes et les substances attractives. Pour capturer elles utilisent toutes des pièges, il en existe plusieurs sortes : les urnes, les feuilles couvertes de mucilage et les pièges de type mâchoire. La digestion quant à elle est assurée par des enzymes libérées par le piège qui sert dans la phase de capture. On peut aussi noter que les plantes carnivores n’avales pas leurs victimes, après que toutes les substances nutritives aient été extraites, les cadavres sont rejetés pour les pièges de types mucilage ou mâchoire et accumulés jusqu’à obstruction pour les pièges de type urnes.

Pourquoi ont elles développé cette capacité ?

Les plantes carnivores ont développé cette particularité pour palier à un manque nutritionnel. Dans la nature, les plantes carnivores vivent dans des environnements extrêmement hostiles tel que les tourbières. Un sol très pauvre en minéraux, gorgé d’eau très pure. Ce sol est en très grande partie constitués de tourbe de sphaigne et est donc très acide. Les tourbières étant des lieux ouvert sans ombre, les plantes carnivores adorent le soleil directe et ce paramètre sera déterminant dans leurs cultures.

Généralité sur les plantes carnivores ?

Pour cultiver les plantes carnivores, il faudra donc veiller au maximum à respecter ces conditions naturelles propices à leur bon développement.

Les principales conditions de culture sont (valables pour une grande majorité des espèces) :

– Avoir les pieds dans l’eau

– Une forte humidité de l’aire

– Le plus de lumière possible, exposition au sud. (c’est très souvent la cause des échecs de leur culture dans nos maison)

– Une eau très pure, l’eau du robinet est à proscrire !

– Un sol pauvre, acide et léger : le sol qui comblera une très grande partie des plantes carnivore est constitué de 70% de tourbe blonde et de 20% de perlite horticole et de 10% de sphaigne vivante (en surface du pot).

Il est très important de connaitre le lieu d’origine d’une plante car c’est ainsi que l’on peut connaitre ses besoins, les plantes carnivores d’Australie n’ont pas du tout les mêmes besoins et cycles de vie que celle d’Amérique du nord.

Je vous met si dessous 3 vidéos qui présentent ces fabuleuses plantes, vidéos faite par Jean Jacques Labat, un très grand non dans le monde des plantes carnivores.

J’aimerais vous montrer quelques plantes qui utilisent tous les mécanismes, pour que vous puissiez voir les différences entre les genres.

Top 10 des plantes carnivores les plus fascinantes

La Sarracénie, ou plante à urnes d’Amérique du Nord, est un genre de plantes carnivores originaire de la côte est, du Texas, des Grands Lacs et du sud-est du Canada, la plupart des espèces n’étant présentes que dans les États du sud-est. Les feuilles de la plante se sont développées en entonnoir, avec une structure en forme de capuchon qui pousse sur l’ouverture pour empêcher l’eau de pluie de diluer les sucs digestifs. Les insectes sont attirés par la couleur, l’odeur et une sécrétion semblable au nectar sur la lèvre de la cruche. Les bord glissants ainsi qu’un anesthésique font tomber les insectes à l’intérieur où ils meurent et sont digérés par les protéases et d’autres enzymes.

 

 

 

Les Népenthès, plantes tropicales de vase ou tasses de singe, sont un autre genre de plantes carnivores avec des pièges. Il y a environ 130 espèces répandues et que l’on trouve en Chine, en Malaisie, en Indonésie, aux Philippines, à Madagascar, aux Seychelles, en Australie, en Inde, à Bornéo et à Sumatra. Le surnom de  » tasses de singe  » vient du fait que les singes ont souvent été observés buvant l’eau de pluie stockée dans les plantes. La plupart des espèces Népenthès sont de grandes plantes grimpantes (10 à 15m), avec un système racinaire peu profond. De la tige, vous verrez souvent les feuilles pousser comme des épées, avec une boucle d’oreille (souvent utilisée pour grimper) qui dépasse du bout de la feuille. A l’extrémité de la boucle d’oreille, le pichet se forme d’abord comme une petite ampoule, qui se dilate et forme la coupe. Le piège contient le liquide produit par la plante, qui peut être aqueux ou sirupeux et est utilisé pour noyer et digérer les insectes. Le fond de la coupelle contient des glandes qui absorbent et distribuent les nutriments. La plupart de ces plantes sont petites et ont tendance à ne capturer que des insectes, mais il a été démontré que certaines espèces plus grandes, comme Népenthès Rafflesiana et Népenthès Rajah, capturent de petits mammifères comme les rats.

Genlisea, mieux connu sous le nom de tire-bouchon, est composé de 21 espèces et pousse généralement dans des environnements humides, terrestres ou aquatiques elles se localisent en Afrique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Les Genlisea sont de petites herbes aromatiques à fleurs jaunes qui utilisent des pièges à la manière des casiers à homard (faciles de rentrer mais impossibles à sortir, de petits poils poussent vers l’entrée puis se repositionnent de manière qu’il est impossible d’en ressortir). Ces plantes ont deux types distincts de feuilles: les feuilles photosynthétiques au-dessus du sol et les feuilles souterraines spécialisées pour attirer, piéger et digérer des organismes minuscules comme les protozoaires. Ces feuilles souterraines accomplissent également les tâches des racines, absorption d’eau et ancrage, parce que la plante ne possède pas de racines. Ces feuilles souterraines forment des tubes creux sous le sol, ces tubes ont la forme d’un tire-bouchon qui donnent un débit d’eau constant. Les petits organismes qui pénétrant dans ces tubes, ne trouvent pas de sortie, ils seront digérés et absorbés.

Darlingtonia Californica, aussi appelée plante californienne de Jarra, Cobra Lilly ou encore plante cobra est le seul membre du genre Darlingtonia, originaire du nord de la Californie et de l’Oregon. Les feuilles du Lis Cobra sont bulbeuses et forment une cavité creuse, avec une ouverture sous une structure gonflée en forme de ballon et deux feuilles pointues qui pendent à l’extrémité comme des crocs. Une fois à l’intérieur, les insectes sont troublés par les grandes taches de lumière qui traversent la plante. Lorsqu’ils atterrissent, il y a des milliers de poils fins et denses qui poussent vers l’intérieur, ils peuvent suivre les poils les plus profonds dans les organes digestifs, mais ils ne peuvent pas se retourner ou reculer pour s’échapper.

Utriculaire, plus connu sous le nom de plante vessie, est un genre de plantes carnivores composé d’environ 220 espèces. On les trouve dans l’eau douce et le sol humide en tant qu’espèces terrestres ou aquatiques, sur tous les continents, même en Antarctique et sont les seules plantes carnivores qui utilisent des pièges à vessie. La plupart des espèces ont de très petits pièges, dans lesquels elles ne peuvent attraper que de minuscules proies, comme les protozoaires. Les pièges peuvent aller de 0,2 mm à 1,2 cm, avec de plus grands pièges, des proies piégées plus grosses comme les puces d’eau et même de petits têtards. La vessie, une fois fixée, est sous pression négative par rapport à sa zone environnante. Lorsque les poils de détente sont déclenchés, la trappe s’ouvre, aspire l’insecte et l’eau environnante et referme la porte, le tout en 10 milli-secondes.

 

 

 

 

Pinguiculas, Grassette ou papillons, sont un groupe de plantes carnivores qui utilisent des feuilles collantes et glandulaires pour attirer, piéger et digérer les insectes. Les éléments nutritifs provenant des insectes complètent la faible teneur en minéraux du sol. Il y a environ 80 espèces que l’on peut trouver en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et en Asie, les feuilles de papillons sont succulentes et généralement verte clair ou verte rosé. Il existe deux types particuliers de cellules qui se trouvent au sommet des feuilles. L’une est connue sous le nom de glande pendunculaire et consiste à sécréter des cellules sur une seule cellule souche. Ces cellules produisent une sécrétion mucilagineuse qui forme des gouttelettes visibles à la surface des feuilles et agit comme papier tue-mouches (glu). Les autres cellules sont appelées glandes sessiles. Elles se trouvent sur la surface plate des feuilles et produisent des enzymes comme l’amylase, l’estérase et la protéase, qui facilitent le processus de digestion, et dans les cas où certaines espèces de papillons sont carnivores tout au long de l’année, certaines parties de la plante ne le sont pas en hiver. Quand l’été revient, il apporte avec lui de nouvelles fleurs et des feuilles carnivores.

La droséra, est l’une des plus grandes espèces de plantes carnivores, avec au moins 194 espèces. Celles-ci peuvent être trouvés largement répandus dans tous les continents. Les Droséras (selon l’espèce) peuvent former des rosaces prostrées ou érigées, de 1 cm à 1 m de haut, et peuvent vivre jusqu’ à 50 ans, elles sont caractérisés par des tentacules glandulaires mobiles, surmontés de sécrétions collantes et douces. Lorsqu’un insecte atterrit sur des tentacules collants, la plante peut déplacer davantage de tentacules en direction de l’insecte pour le piéger davantage. Une fois piégées, les petites glandes sessiles digèrent l’insecte et absorbent les éléments nutritifs qui en résultent, ce qui peut être utilisé pour favoriser la croissance.

Auteur Sylvain Bui > www.sylvain-bui.com